Plutôt sympa

Et voilà que Mme De Menthon réveille mes ardeurs féministes !

*Elle dit que c’est « plutôt sympa » de se faire siffler dans la rue.

*Comment dire ??

Les hommes qui se permettent de donner leur avis sur mon physique, ma tenue, ma démarche, en bien ou en mal, sans que je leur ai demandé. Non, ça n’est pas « plutôt sympa ».

*Les homme qui dévisagent jusqu’à mettre mal à l’aise la femme en face, non, ça n’est pas « plutôt agréable ».

Les hommes qui écartent bien les jambes pour que l’on soit cuisse contre cuisse, non, ça n’est pas « plutôt fun ».

Les hommes qui profitent de la cohue pour se coller histoire que l’on sente bien leur érection, non, ça n’est pas « plutôt un honneur ».

Les hommes qui s’installent à coté de vous et touchent vos cuisses avec leur main,  l’air de rien, au moindre mouvement du métro, non, ça n’est pas « plutôt flatteur ».

Les hommes qui vous suivent en insistant pour aller prendre un verre et qui persistent malgré votre refus en allant jusqu’à un « grosse pute », quand vous signifiez un peu plus vertement que vous ne souhaitez pas passer du temps avec lui, non, ça n’est pas « plutôt plaisant ».

J’ai envie de revenir sur les propos de Mme de Menthon sur le viol. Non, une femme de chambre qui se violer, même si c’est par un homme riche, ça n’est pas « plutôt une chance ».

Pourquoi n’entendons nous pas plus de femmes se plaindre ?

Parce que la sidération tenaille !

Parce qu’un femme qui se rebelle aux attouchements est vu comme une hystérique!

Parce qu’il y a toujours quelqu’un pour dire qu’elle l’a peut être un peu cherché !

Parce qu’il y a des personnes pour dire que c’est un peu flatteur quand même!

Publié dans Uncategorized | 3 commentaires

Les affaires reprennent…

Hop, demain retour en stage.

D’un côté, c’est étrange pour moi. J’ai tout validé et je dois refaire un stage. Comment je me présente demain ?

« Bonjour, je suis Des Idées d’IDE, étudiante en 4ème année…  »

On va me regarder bizarrement non ?

Je cherche à trouver comment me présenter sans faire mon Caliméro.

Je me mets à leur place. Sincèrement, vous penseriez quoi de l’étudiante qui a tout validé et à laquelle il est demandé de refaire un stage? Vous vous dites  » Oh oh, elle dû faire quelque chose de grave. Son école doit vouloir l’empêcher d’être diplômée.  Sûr, elle doit être dangereuse. »

Comment expliquer ma situation sans avoir l’air d’être l’étudiante à abattre ?

D’un autre coté, je suis contente de porter ma tenue, de reprendre ma pince et mes ciseaux, retourner en service.

Je vais aller dans une maison de retraite. Je suis contente. J’ai un bon relationnel avec les personnes âgées. Je serais en 12h. Ce côté là me ravie.

Je relis mes fiches pharmaco et j’ai encore pas mal de chose en tête. Je suis contente.

A part ça ?

C’est amusant. Récemment, j’ai retrouvé un ancien amour de jeunesse. On discute de nos vies. 15 ans ont passés. On parle de nos familles respectives, nos carrières, nos amours dans les 15 dernières années .

« Et elle fait quoi comme métier ta femme ? »

J’entends le sourire via le téléphone…

« Infirmière…. »

Publié dans Uncategorized | 5 commentaires

Alors, on en est où ?

J’ai complètement délaissé le blog.

Je n’arrive plus à me sentir crédible dans l’écriture depuis que j’ai raté mon TFE. C’est bête, vous êtes nombreux à me suivre, c’est que je dois raconter des trucs un peu intéressants mais j’ai complètement perdu mon assurance à ce sujet.

Donc voilà, je suis toujours pas diplômée. Cette fois, mon TFE est validé. Médiocrement, mais validé.

Donc j’ai l »intégralité de mes ECTS. Mais voilà le jury veut que je fasse un stage complémentaire. Pourquoi ne pas l’avoir demandé avant ? C’est ce que je ne comprends pas. Je suis toujours en CDI à la banque. J’avais préparé mes congés. Je vais devoir annuler ce que j’ai réservé pour cet été car je dois prendre l’intégralité de ce que j’ai cumulé comme congés pour effectuer ce stage. Ou alors faire un crédit pour pouvoir ne pas perdre l’argent de la réservation.

Dans l’absolu faire un stage, je suis contente. Je n’ai pas touché un patient depuis le mois de juin. Alors ça me fera du bien. Mon soucis est l’argent.

Et puis je ne comprends pas pourquoi en trois passages devant le jury tout à coup on me demande un stage.

Si encore j’avais eu plusieurs stages cata, je comprendrais mais là…

Alors ma directrice me dit que c’est parce que sur quatre stages il est marqué en axe d’amélioration : Organisation – Rigueur.

Sur les autres, rien. Pas d’axe d’amélioration mais sur 4 c’est marqué organisation à améliorer.

Je suis d’accord dans le principe. Mon grand axe de progression est l’organisation. Mais n’est-ce pas celui de tout étudiant sortant d’IFSI ?

Bref, je vais faire 3 semaines en maison de retraite. Elle est à coté de chez moi. Plutôt bonne réputation dans mon entourage.

Je vous raconterai ça donc très prochainement.

En tout cas, je voulais vous remercier pour vos petits mots, vos attentions. Je tiens à m’excuser auprès de ceux qui m’ont écrit en privé et auxquels je n’ai pas répondu. Pas trop le courage. Ça viendra peut être…dans quelques temps…

A très bientôt donc….

Publié dans Uncategorized | 7 commentaires

Retour en arrière…

Quand j’étais en stage en pédo-psychiatrie, je n’avais plus de connexion internet. Je n’ai pas pu vous raconter tout ce qui s’est passé à ce moment. Pourtant j’ai vécu des moments intenses.

Il faut que je vous de parle de ce patient de 12 ans que j’ai pris un charge. Il s’appelle Jonathan (pas tout à fait en vrai mais bon..). Il arrive avec sa maman, plein d’agressivité. Ils ne se supportent plus. Il y a de la violence. Je ne la comprends cette mère violente. Je ne comprends pas la violence de manière générale. Et lui, il a l’air très remonté contre sa mère. Normal si elle est violente, non ?

La psychiatre les reçoit tous les deux. Ils sont à un point de non retour. La maman dit que ça va la soulager de ne plus le voir pendant une semaine. Lui dit qu’il ne supporte plus sa mère mais se met à pleurer quand elle part. Ce sera une hospitalisation pour comprendre ce qu’il se passe entre eux. Elle vient aux rendez-vous avec la thérapeute familiale. Elle accepte ma présence aux rendez vous me sachant étudiante. Elle se livre sans filtre. Elle raconte comment elle a éduqué seule son enfant, le « géniteur » comme elle l’appelle étant parti à la naissance. Elle raconte les différentes consultations avec les psy dès les 3 ans de son fils. Elle parle de celui qui a dit : « Mais madame, le problème de votre fils, c’est vous. Il devrait être en famille d’accueil. »

Je vois cet enfant qui ne supporte pas la moindre moquerie, ne comprend pas le second degré, se passionne pour les trains et les cars. Je ne suis pas une experte mais j’avais déjà entendu de l’autisme de type Asperger, ça me saute aux yeux. Ça saute aux yeux tout le monde.

Le jour de l’annonce,  la maman semble soulagée. C’est étrange. J’entends la psychiatre lui expliquer que son fils est autiste de type asperger et la maman semble ravie, soulagée. Elle réalise que le problème ne vient pas d’elle. Dans les services, on lui donne quelques clés de compréhension. Il y a des jours de permissions où ils sont contents de se retrouver. Il y a le jour du départ où ils partent en se câlinant, bras dessus, bras dessous.

J’ai l’impression d’avoir écrit 15 fois ce billet dans ma tête. Je ne le retrouve pas dans mes archives alors je réalise que je ne l’ai pas écrit.

Pourquoi  je vous en parle ? Parce que je les ai croisé l’autre jour au supermarché. Il avait une vraie tête d’ado sympa. Il avait les cheveux longs lors de son hospitalisation, il les a coupé.  Ils sont choux l’un envers l’autre. Ils se parlent avec plein d’amour dans la voix. Elle lui achète des douceurs, un magazine sur le foot. Je pense qu’il a changé de passion.

Voilà que ça me reprend, et si j’allais en psychiatrie?

Publié dans Uncategorized | 3 commentaires

Vous !

Il y a trois ans et un petit peu plus d’un mois, je discutais avec mon petit groupe d’amie. Je parlais de l’inquiétude de la rentrée.

Et c’est là que Marie-Amélie me dit:  » Tu devrais écrire ce que tu vas vivre pendant ta formation. Tu vas vivre des choses fortes. »

Elle sait de quoi elle parle, elle est aide-soignante de formation. Je me cherche un pseudo, elle me le trouve: « Des idées d’IDE. » Je me cherche une image. La petite fille déguisée en infirmière, c’est exactement ce que je ressens.

Et c’est parti. Je vous raconte ce que je vis, un peu ma vie perso. C’est très narcissique, un blog.

Je crée la page facebook. Je compte les likers. J’ai sauté de joie quand on a passé la barre des 100.

Vous êtes aujourd’hui 2300.. 2300 ? On rajoute ceux qui sont sur Twitter…Bref, vous commencez à être nombreux à me suivre.
Vous êtes là dans les moments drôles, dans les coups de mou, pour me griller ou croire à mes blagounettes du 1er avril, pour me raconter en privé ce qui vous arrive, ce vous créez dans votre vie, ce vous vivez.
Il y a les habitués des commentaires, il y a ceux qui suivent sans commenter.

La première fois que j’ai réalisé l’impact, c’est pour le 1er avril où je vous ai fait croire que j’étais une étudiante en marketing. J’ai ha-llu-ci-né sur le nombre de message privé que j’ai reçu en peu de temps pour me demander si c’était vrai ou pour me faire part de votre déception.

J’aime bien aller voir d’où vous veneidéeidepaysz, ça me fait rêver :

 

 

 

 

 

 

 

 

J’aime bien voir ce qui vous a fait venir chez moi, ce que l’on appelle les requêtes:

oral infirmier, toilettes au lit et  stage en crèche sont en tête avec infirmière sexy.

Tout ça pour vous dire que vous avez pris une place importante, l’air de rien.

Je n’ai pas le temps de répondre à tous les messages et je m’en excuse. Parfois je réponds avec plusieurs mois de retard…Parfois, je me dis « Mince, elle, elle m’avait confié quelque chose d’important et je n’ai pas repris de ses nouvelles. »

Mon TFE, je l’ai dédié à mes enfants, à leur père pour son soutien, à quelques amies que j’ai nommé, mes camarades de promotions et j’ai marqué que je remercie « mes lecteurs ».

Tout ça pour vous dire merci.

 

 

 

Publié dans Uncategorized | 6 commentaires

Je n’arrive plus à me projeter infirmière.

Il y a quelques mois, j’avais dit à une copine de promo « Je ne vois pas ce qui ferait que je ne serais pas diplômée en juillet. » J’étais plutôt sûre de moi.

Je savais que je pouvais tomber sur un stage compliqué d’ici la fin de l’année scolaire mais je me disais que je m’accrocherais. Une motivation sans faille.

Et puis mon TFE refusé pour une question de retard. Un putain de mail qui annonçait une heure limite parti dans mes spams.

Passez directement en case rattrapage sans passer par la case première session. Vous ne toucherez pas votre diplôme.

Alors forcément, au mois de mai, j’ai beaucoup déprimé. Ça c’est ressenti en stage. J’avais envie de pleurer toute la journée. Mon stage a été désastreux, j’ai été à deux doigts de devoir repasser un stage de rattrapage. Il s’en est fallu de peu. Un grand moment de négociation.

Les vacances, la reprise à la banque.

Aujourd’hui, je dois rendre mon TFE dans deux jours. Je vais le rendre aujourd’hui pour être sûre de n’avoir aucun retard.

Mais pour être franche, je suis amère. A la fois, j’ai le manque de l’ambiance en service, de l’hôpital, du bloc en particuliers et à la fois d’avoir été absente depuis 5 mois d’un service, je me sens perdue si je devais y retourner aujourd’hui. Et puis, mince, moi je vais avoir mon diplôme entre deux portes quand mes collègues ont eu leur diplôme enroulé dans un discours avec une fête à l’IFSI. J’ai cette sensation amère de ne pas mériter mon diplôme. Et puis il m’a déjà échappé des mains, et s’il m’échappait encore ? Et si je n’étais finalement diplômée qu’en mars 2015 ou pire juillet 2015.
Je revois cette étudiante en troisième année qui revenait présenter son TFE pour la troisième année consécutive.

Là aujourd’hui, je dépose mon TFE mais je n’arrive plus à me projeter infirmière. Du coup, je n’arrive plus à écrire.
J’ai des idées de sujet. Pleins. Mais là aujourd’hui, je ne sais pas si je peux écrire en tant qu’étudiante infirmière, en tant que future infirmière.

J’étais sûre d’être à l’aise avec la pharmaco, avec les gestes techniques, avec les différents processus et mon dernier stage en Soins Intensifs m’a laminée.

Je n’abandonne pas, attention, je vais jusqu’au bout mais je n’arrive plus à me projeter infirmière.

Ça reviendra sans doute avec le diplôme, avec la recherche du premier emploi.

 

Publié dans Uncategorized | 12 commentaires

Equivalence Patient/Client, épisode 2

Il y a un client que j’ai vu une bonne quinzaine de fois depuis deux semaines. Il vient pour demander le solde du compte. Il revient pour savoir si le chèque numéro tant est passé. Après, il veut savoir s’il pouvait retirer de l’argent au guichet.

Autant, les personnes âgées, je comprends leur besoin de venir au guichet d’une banque, les habitudes. Mais ce jeune ?

Lui:  » mais euh, c’est quoi le paiement là ? »
Moi: « C’est MacDonalds. Vous êtes allé au MacDo ? Le 6 ? »
Lui: « Non! Je me suis fait piraté ma carte c’est sûr. »
Moi: « Le 6, c’était samedi…vous êtes sûr. »
Lui: « Oui sûr. »
Moi: « Le midi vous avez déjeuné où? »
Lui: « Chez moi. »
Moi: « Et le soir ? »
Lui: « Euh..j’étais chez un ami…Ah!!!! oui c’est vrai, on est allé au MacDo. »

Voilà, il revient pour savoir s’il peut parler à son conseiller concernant son épargne.

Et je le vois tous les jours…

 

Vous le reconnaissez ? Mais si, c’est le patient qui sonne toutes les deux minutes.  »

« J’ai soif  »

« J’ai mal »

« Ça y est je suis réveillé  »

« Vous ne m’avez pas donné mon traitement de midi »

« Ça fait longtemps que je ne suis pas allé à la selle.. » « Si, si, ce matin, vous avez même sonné pour me prévenir… »

Les mêmes…

Publié dans Uncategorized | 3 commentaires