Alors voilà…

Alors voilà, on est lundi matin, j’ai passé un week-end pourri. J’ai eu le droit au lapin du siècle, un lapin amoureux évidemment avec peu d’excuses. Autant vous dire que je n’ai pas le moral. J’ai envie de rester dans ma couette en position fœtale à ruminer ma tristesse. Mais il faut y aller. Go le bloc.

Une grosse opération à venir, je vais faire le sondage. Cool ! ça me rebooste.

Me voilà donc à préparer mon petit guéridon avec l’IBODE qui me donne sa méthode à elle. C’est pas tout à fait comme dans le protocole avec plein de gâchis de gants stériles car elle veut que je prépare à l’avance puis fasse la toilette puis pose.

Gants stériles, ouvrir mon plan stérile, test ballonnet. Je pose mon guéridon dans un coin et dois attendre qu’on me donne le feu vert. Je suis avec mes gants stériles. L’anesthésiste me dit que je ne devrais pas utiliser les gants stériles pour faire juste une toilette en me criant un peu dessus.

J’ai pensé: « Mais ta gueule, j’ai suffisamment d’IDE qui m’encadrent. » (Je suis vulgaire parfois dans ma tête.)
J’ai dit avec une petite voix toute douce : « Oui, je sais, c’est demandé par l’IBODE. »

Je suis dans mon coin, et j’attends et je rumine. Mais pourquoi pas de nouvelles de tout le week-end alors qu’on devait se voir ? Même pas une réponse à mes messages et à peine un mot d’excuse.

L’anesthésiste m’aboie dessus: « A toi l’étudiante, là. » Et je l’entends grommeler « …gants stériles…. toilettes…. » Je démarre la toilette tout le monde est autour de moi.

 2 IBODE, l’IADE, l’anesthésiste, l’interne en anesthésie, deux externes, le brancardier. Rien que pour moi. L’IADE est occupée sur le bras du patient, sinon, tout le monde me regarde et surtout parle et commente.

J’ai un coup de chaud.

Toilette faite, champ posé et là tout le monde y va de son petit conseil.

« Tiens avec une compresse. »
« Bien vers le haut. »
« Va jusque la garde. »
« Mets  ta poche de ce coté. »

Dans ma tête:  » ALLEZ TOUS VOUS FAIRE FOUTRE !!! FERMEZ LA!! JE VEUX DU SILENCE »
Je dis: « …. »

Alors voilà, je suis là, avec mon chagrin amoureux dans ma tête, le pénis du patient dans la main gauche, la sonde dans la main droite, 6 personnes qui me disent de faire une chose  et son contraire.
L’IADE se redresse et tire les couvertures. Là, je vois la scène au ralenti. Je suis sur le point d’introduire la sonde et l’IADE va recouvrir tout ce que doit être stérile avec sa couverture…

Elle ne l’a pas fait de justesse, mais je l’ai eu, mon silence.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Alors voilà…

  1. Flocyveries dit :

    hi hi, je suis iade et j’imagine très bien. Rassure toi, on en sort de cette période de stagiaire et parfois… sans séquelle. Courage !

  2. Emilie dit :

    Parfois seulement !!!

  3. cixy dit :

    pfff lala, ça me rassure d’un coté de voir que je ne suis pas la seule qui en bave en stage et qui a une petite voix dans la tête très grossière!
    plus que quelques mois courage!!! aprés on sera les maitres du mooooonde!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s