Arretez de me ch*!r avec cette p*ta#n de MSP !

Ah mais c’est pas possible alors ! Qu’est ce que vous avez avec cette MSP !

A chaque fois que je vois un sujet sur les étudiants en soins infirmiers, il y a toujours un commentaire qui dit : « Oui mais il faudrait remettre des MSP ! »  » Trop facile maintenant les études sans MSP. »

Mais d’où vient cet amour pour la MSP ?? Qu’est ce que ça apporte dans une formation la MSP. J’ai beau réfléchir et je ne vois pas.

– « Oui mais au moins vos formateurs ils savent comment vous travaillez. »

Les formateur l’avouent eux-mêmes, ils n’ont pas mis les pieds dans un service depuis des années.  Il y en a même un qui nous a dit,  » Qui suis-je pour vous juger en train de faire une toilette alors que je n’en ai pas fait depuis 15 ans ! » Ce qui est important c’est que la personne qui est dans le service, qui connait les patients, qui me voit tous les jours, elle, sache et voit comment je travaille. En plus c’était plus du domaine de la représentation théâtrale que d’une vraie mise en situation professionnelle. Le chariot prêt depuis 3 jours avec la pancarte interdit de toucher. Pas la vraie vie professionnelle.

-« Oui mais au moins vous savez réagir en situation de stress. ».

Mais ma MSP elle est quotidienne. L’infirmière avec qui je tourne, elle me regarde faire, elle me fait des remarques. Le tout n’est pas d’être juger mais de savoir faire et d’apprendre. Si je fais quelque chose de mal, je ne suis pas sanctionnée par une annulation de stage alors que c’est peut être la seule grosse erreur de stage. Non je suis recadrée par ma tutrice qui m’explique ce que j’aurai dû faire. Quel est l’intérêt d’être de se faire annuler un stage pour une erreur ? Ce qui est important c’est d’apprendre de ses erreurs pas d’être sanctionné.

–  » Oui mais maintenant pas de MSP, pas de démarche de soins.  »

Vous avez vu ça où ? On ne m’a rien demandé particulièrement mais j’en ai fait plusieurs démarche de soins. L’IFSI nous a dit de profiter d’avoir les dossiers pour en faire sans rien exiger de nous, et bien je crois que tout le monde en a fait au moins deux dans son stage. Normal quoi.

Mince, j’en ai assez d’entendre qu’avec cette nouvelle réforme on sera forcement incompétents parce que maintenant il n’y a pas de MSP.

Laissez nous apprendre le métier avant de nous juger. La nouvelle promo n’est même pas encore sortie.

Publicités
Cet article, publié dans coup de gueule, stage, vie d'ESI, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

34 commentaires pour Arretez de me ch*!r avec cette p*ta#n de MSP !

  1. Evidence dit :

    Moi je me demande comment va être reçu la nouvelle promo en juillet dans les services ?

  2. Mégane dit :

    +1000000000000000000000000000000000000000

  3. Nicolas C dit :

    Je suis entièrement d’accord avec toi, d’ailleurs, si tu me permets de te faire part d’un autre argument pour le paragraphe: oui, mais vous savez réagir en situation de stress… Toutes les infirmières (et infirmiers) savent que toutes les situations sont différentes (les lieux, les moments, les patients/résidents, les soignants eux mêmes…) d’une journée sur l’autre et la manière d’appréhender une situation ne doit pas être purement scolaire ou théorique mais doit prendre en compte toutes les variables de situation. Avec l’ancien programme, celui des MSP, certains professionnels étaient « formatés », devenus « psychorigides » (c’est comme ça et pas autrement); ils étaient incapables de faire preuve de souplesse, de flexibilité et dans une situation imprévisible ou stressante n’était pas dans la capacité d’agir. Maintenant, on nous demande de faire en fonction du matériel mis à la disposition, de la demande et des besoins. Nous sommes rentrés dans une logique économique et du vite fait-bien fait (ou pas).
    Au fond, je pense qu’il y aura toujours de bons et de mauvais infirmiers quelques soit le programme enseigné. Cela tient plus de la personnalité de chacun, des comportements, des choix effectué par le professionnel, de son intelligence et son instruction, de l’établissement dans le quel il se trouve, des émotions du moment et j’en oublie certainement encore beaucoup.

  4. kkide dit :

    j attend de voir!!!!!

  5. sof dit :

    je me place coté IDE encadrante ..on a déjà pas vraiment le temps de faire notre boulot correctement (prendre le temps, ne pas avoir l’impression de bosser à l’usine) et on nous ajoute un encadrement d’étudiant !!! désolé pour vous mais on vous encadre mal !! je suis d’une des dernières promo MSP et il me semble que le rapport Ide/étudiant n’était pas le même .., peut être que tout le monde passait sa MSP en même temps que vous , donc une envie d’être au top ???

    • anais dit :

      Ceci dit, ça fait partie intégrante du métier d’infirmier d encadrer les étudiants. Au niveau législatif, cest un devoir, cest le rôle de l’ide.

  6. alex dit :

    Pourquoi? parce qu’il y a une grosse différente entre vous; actuellement et les anciennes promo qui marchait à la MSP. Déja le comportement, c’est impressionant maintenant comme les nouveau se sentent tout permis de faire, dire, et ne pas faire. Nous nous tenions a carreaux et n’étions pas aussi insolent. La msp nous montrait les bonnes techniques, certe théatrales et injuste mais cela permettait de faire un tri entre les bon infirmiers et ceux qui n’avait pas leur place. Nous travaillons avec des humains et nous avons pas le droit a l’erreur. Et quand je vois le peu de potentiel de la nouvelle promo qui ne savent rien faire, et ne prenne aucune initiative a par prendre l’initiative de mettre le téléphone portable dans leur poche, et ben moi ca me fais peur ! Oui vous vous senter agacer d’entendre cette remarque, mais si on l’a dit c’est que on la constate !

    • Je ne pense pas être insolente. Quand j’ai vu là une msp avec une AS sur mon lieu de stage. Cette AS était super. Toujours douce avec les résidents,aucune faute d’hygiène, sa MSP a été à dux doigts d’être invalidée car elle a lu sa démarche de soin et oublié de demander à la résidente si elle voulait faire le visage toute seule. Pour moi, on était à deux doigts de perdre une super AS. Si l’inf qui l’encadrait n’avais pas appuyer pour qu’elle ait une bonne note, ça n’aurait pas été validé. Actuellement, on peut aussi faire le tri entre les bons et les mauvais, les encadrants peuvent très bien faire le tri de ceux qui travaillent mal ou pas. TU parles du manque d’initiative mais un étudiant de ma promo vient d’entendre au bilan de son stage qu’il en prenait trop. Je crois aussi qu’on ne pardonne rien à nos promos nouvelles réformes.

      • Senoble dit :

        L’insolence de la nouvelle réforme ?! Qu’est ce qu’on en entends parler et du coup, en tant qu’étudiante, j’en ai parlé aux infirmières de mon stage ! Leur réponse : N’importe quoi ! Il y a des branleurs et des insolents partout .. Ce n’est pas une histoire de nouveau programme, c’est une histoire de personnalité ! C’est vraiment dommage de nous stigmatiser juste parce qu’on n’est pas né quelques années plus tot !

  7. danten dit :

    A koi ca ser les msp??? A rien on est jugée sur 4h on est stressée….il y a une chose ki me soul c les ide ki dise fai nom je di pa com je fai !! C mieu de juger sur tou le stage ke sur une msp.au passage on a moin de stage dc moin d’expérience.et ON NE LA PA CHOISIE!!!!!

  8. biquette dit :

    je suis IDE depuis 2 ans et je me suis retrouvée avec des ESI de 2 et 3é années, je peux vous assurer que vous ne valez pas un clou, aucun esprit d’initiative, aucunes connaissances pratiques et aucune remise en question qd on vous le fait remarquer (portefolio validé!!!) De plus les. »tutitrices » qui n’existent que dans les textes ne peuvent pas encadrer correctement notre charge de travail est deja trop grande, nous passons forcement à coté de bcp de chose. Les MSP etaient utiles dans le sens ou l’on nous mettais face à nos connaissances théoriques et pratiques. Les formateurs permettaient de revoir directement avec l’eleve ce qui clochait.Je pense sincerement que le nouveau diplome fera des infirmieres médiocres. J’ai peur de me retrouver un jour dans un lit….

    • Mais la confrontation enter le pratique et le théorique, Elle se fait tous les jours pourquoi attendre La MSP. Le manque d’encadrement pour une charge de travail ça je le comprends bien. Mais la MSP je ne vois ce qu’elle apporte. Mais je suis atterrée par le jugement de valeur sur toute une génération d’étudiants.

    • anais dit :

      Faut arrêter de généraliser, tous les esi ne sont pas comme ça…

    • mary dit :

      Et moi, peur de me retrouver un jour dans un lit face à une personne ayant aussi peu d’ouverture d’esprit que vous !!! Combien d’étudiants de l’ancienne réforme ne faisaient qu’apprendre par coeur le cas d’un patient pour leur MSP ? Si par malheur un décès survient dans la nuit parmi ses patients, panique à bord! Bien évidemment, puisqu’on apprenait que pour la MSP … Avec cette nouvelle réforme, certes, les plus nuls passeront encore mieux à travers les mailles du filet (mais Dieu sait qu’avant aussi, puisqu’on pouvait être aussi nuls que possible, si la note était bonne à la MSP, pas de soucis pour la pratique!) . Mais ceux qui s’en donnent les moyens feront de très bons soignants. Les deux modes d’apprentissage ne sont pas identiques, et peut être pensez-vous avoir des connaissances bien plus développées, mais ouvrez les yeux, il n’est pas rare que certains étudiants de la nouvelle réforme puissent vous apprendre quelquechose ! Simplement parce qu’eux ont du se donner les moyens pour avancer et apprendre, et sont parfois allés bien plus loin que vous !

  9. Stadire dit :

    Ancienne Aide soignante qui a eu à faire des MSP, j’ai toujours trouvé cette pratique un peu absurde. Parce que souvent elle relevait de l’arrangement avec le patient, parce que le naturel que je pouvais avoir se trouvait brisé par le regard de l’Autre, parce que c’était comme une mise en scène orchestrée.
    Parce que si avec cette patiente, notre bonheur au quotidien, en plus de la technique rigoureuse qui devait être appliquée, c’était de chanter des chansons paillardes (elle tenait un PMU !), il s’est avéré très difficile de le faire devant mes correcteurs avec le naturel que ça supposait. Que ni elle, ni moi étions à l’aise.

    Qui plus est j’ai toujours été mal à l’aise avec cette idée qu’un patient pouvait servir de cobaye à un examen.

    • Justement ça avait mis la résidente en stress pour l’AS qui passait sa MSP.
      Après sa toilette, je lui ai apporté le dej et les médicaments, et elle m’a demandé si « la petite  » avait eu son examen car elle avait peur de ne pas avoir assez parlé et montré que la « petite » était gentille.

  10. anais dit :

    Dans mon ifsi, pas de msp, par contre ils nous font faire deux démarches de soins à chaque stage qu’on vient présenter par groupe de 5. Et franchement je trouve ça plutôt pas mal!!

  11. magali CROZIER DANIEL dit :

    j’ai toujours trouvé que les MSP ressemblaient à une pièce de thêatre. On fait des choses ce jour là qu’on ne pourra de toute façon pas appliquer compètement. Dans la vraie vie on fait de notre mieux dans le respect maximum des règles d’hygiène mais surtout avec les contraintes du terrain.
    Par contre, la réduction des nombres de stages et leur allongement en durée n’est peut-être pas la meilleur chose du nouveau programme car être infirmière c’est d’abord sur le terrain qu’on apprend.

  12. chlamebola dit :

    Je suis élève aide-soignante et il est évident que les msp ne nous servent absolument à rien (si ce n’est à nous faire stresser pendant un mois, nous faire perdre tous nos moyens), il me semble donc très approprié de les avoir supprimé pour les élèves infirmiers, j’espère qu’il en sera de même pour les futures promos AS.

  13. marjo dit :

    Je suis diplomée depuis 2006 et je trouve que le choc entre les 2 formations est trop fort et plein de méchanceté. Les EIDE de la nouvelle formation seront les collègues de demain ; donc faut arrêter de se traiter mutuellement de psychorigide ou de médiocre….Par contre, j’ai évidemment un avis sur la nouvelle formation. Je travaille dans un service de chir où tout va à mille à l’heure, l’étudiant doit suivre et prendre des initiatives sinon et à notre grand regret, il risque de rester sur le coté ; c’est en cela que ce stage est formateur (« marche ou crève », ça vaut pour nous aussi ;)) mais avec l’ancienne MSP, même sur le coté, l’étudiant était bien obligé de se remettre en selle, rechercher les infos pour sa démarche, prendre en charge plusieurs patients, se sortir les doigts du c**, si je peux me permettre. Aujourd’hui, s’il n’a pas le gout et bien il passe à coté de son stage. Après la MSP en elle-même, c’est trop stressant et pas assez souple mais tout ce qui est fait en amont, c’est ça l’intérêt. Ceci étant dit, bon nombre des EIDE de nouvelle génération sont travaillleurs, interessés, motivés et très intelligents et souffrent de cette gue-guerre ; je pense que la MSP a toute sa place dans la nouvelle formation mais elle doit être « formative » pleine de souplesse et de bienveillance mais avec quand même un certain degré d’importance aux yeux de l’EIDE pour qu’il mette le meilleur de lui ; la msp doit permettre d’évaluer une démarche et une pratique, une bonne fois pour toute, même si tout au long du stage, l’étudiant est capable de le faire mais l’attention de L’IDE n’est peut être pas au rdv et l’étudiant n’est pas forcement vu par les même ide tout le temps; là c planifié, on sait ce qu’on attend.
    Je me souviens d’une vieille infirmière qui me disait « à notre époque, on était élévé à la dur et on chougnait pas autant » ; j’ai pas envie de devenir cette vieille s*****….A bon entendeur, soyons constructif et bienveillant.

    • Ce qui était fait en amont de la MSP doit être fait même en absence de MSP. Je fais forcément deux démarches cliniques pendant mes stages. je pose des questions sur le pourquoi du comment d’un geste aux infirmières. La différence est que le stage ne se fait pas sur simplement un soin devant qqun qui ne l’a pas fait de puis plus de 20 ans parfois.

      • Shurikenette dit :

        Oui tu as raison et tu te prends en main; (je te rassure même du temps de la msp, on effectuait les démarches officieusement). ce n est pas le cas de tous, qu ils le veulent ou non, certains ont besoin d être bcp aidé en stage pour comprendre la démarche et prioriser les problèmes en collab et soins inf,et le support ecrit peut le permettre. Ce qui me parait genant c’est que tu ne trouves pas toujours une oreille attentive à ce travail et dans ce cas tu es seule face à ta démarche qu elle soit bonne ou mauvaise. Savoir expliquer ce que l on fait comme geste à un patient est une bonne chose mais il est difficile d expliquer une prise en charge globale à une infirmière au lit du patient ou sur son chariot. La démarche écrite, mise en forme est à mon avis le seul moyen, après j aime l idée que ce soit fait en interne avec les infirmières du service et non des formateurs qui comme tu dis ont perdu la main.

  14. Laelle dit :

    Je ne savais pas du tout qu’il n’y avait plus de MSP ! Et pour valider le diplôme, plus de pratique non plus, uniquement un mémoire ?

    Honnêtement, ce n’est pas plus mal. Les MSP étaient trop subjectives, les formateurs connaissant les élèves tout au long de l’année, ils étaient influencés par le « capital sympathie » qu’ils pouvaient avoir pour l’élève, laissant passer certaines choses à certains, qu’ils ne laissent pas passer à l’autre, etc

    La MSP, c’était avoir à chaque fois sa tête sur le billot, puisqu’on n’en avait que deux par an et que cela pouvait empêcher la validation de l’année. Bon on avait droit à une MSP de rattrapage, mais paye ta hantise à chaque fois d’être mort de trouille si jamais on loupe en faisant une connerie, genre faute d’hygiène qui te faisait quasi avoir en desssous de la moyenne ou niveau du nombre de points. Franchement c’est un réel soulagement de pouvoir échapper à ce stress intense.

  15. Yannick - IDE dit :

    Je ne me lasse pas de te voir écrire 🙂
    Je suis tellement passé par là (1ere promo de la réforme !!!). « Mais votre réforme c’est un scandale ! » ou mieux « La suppression des MSP c’est la pire des choses »
    Mais quand il y avait encore les MSP (du temps de ma 1ere année pour les 2e et 3e années), on a vu ce que ca donnait : préparation de la scène de théatre les 3 jours qui précédaient la MSP. Laissez moi rire.

    Me voila maintenant en service (aux urgences pour faire un clin d’oeil a un de tes précédents post), jeune diplômé… DE LA REFORME qui fait peur !
    L’accueil a été très chaleureux et je ne me sens pas moins compétent que les promos précédentes, bien au contraire.
    Allez, courage, t’as presque passé la moitié de ta formation. Le semestre 4 est une rigolade et la 3e année nous fait apercevoir le bout du tunnel ^^

  16. Michelle83 dit :

    Je déterre un « vieux » sujet 😉 mais ça résonne tellement en moi que je ne pouvais pas ne pas réagir!
    Qu’est-ce qu’on peut l’entendre encore ce refrain sur les MSP…
    Et même ici, en commentaire, le couperet tombe.
    Bon sang, des fumistes il y en a toujours eu et ancien ou nouveau référentiel n’y changeront rien!
    Faire des liens? Bon sang on ne fait que ça! Ce n’est pas parce qu’on n’est plus formés par modules qu’on ne sait rien des différents domaines! On marche à la compréhension, un processus après l’autre, avec la pharmaco en filigrane.
    En stage, les IFSI ont chacun leur politique je pense: nous on a des DDS à faire obligatoirement (et pas à moitié hein, il faut compter quelques heures pour UNE démarche complète), 5 en fin de 2ème année et en 3ème année, dont plusieurs sont à présenter lors d’une rencontre pédagogique qui a lieu à CHAQUE stage.
    Ajoutons à cela des analyses de situation bien sûr (au moins 2 par stage + une analyse de pratique professionnelle à présenter au cours d’une journée de regroupement).
    Ajoutons à cela les horaires de stage bien sûr, auxquels s’ajoutent, ne l’oublions pas, les quelques heures réglementaires nécessaires à ce que tes enfants n’oublient pas ton nom.
    Ah, j’allais oublier les recherches que tu fais à côté parce que tu ne peux pas t’empêcher d’être curieux et d’avoir envie d’apprendre.
    Ah oui mince c’est pas tout: le TFE arrive. Les partiels aussi (réviser? Quand???! La nuit.)

    Alors dites-moi, la formation IDE, c’est facile, hein?
    Question encadrement, je n’ai qu’une réponse pour toutes celles et ceux qui décrètent qu’on est tous des incapables: c’est toi qui m’encadres en stage. FAIS DE MOI LA COLLÈGUE QUE TU VEUX QUE JE SOIS DEMAIN !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s